cadran    temps    temps

corpusII

DEER


DEER (Nom intégral : Dispositif Environnemental à Émissions Résonatoires, pour une vulgarisation analogique d’une théorie des cordes dissociée de ses applications quantiques au profit d’une implication environnementale optimale) est une ligne de recherche engagée en 2012 par le G.R.H.C. pour rendre accessible une idée de la théorie structurelle des cordes.
Loin des théorèmes hermétiques de la physique quantique, elle joue sur une perception directe de phénomènes résonnatoires, et initie une représentation de la complexité structurelle du monde contemporain par l’étude physique des résonances matérielles.


DEER-prot001


Le premier prototype du DEER : le DEER-prot001.
L’architecture est redessinée et mise en résonnance grâce à la vibration de tendeurs frottés par des ventilateurs. Un module reprenant les dimensions des murs porteurs projette un autre tendeur résonnatoir.
On y aperçoit aussi le casque à projection astrale conçu par les ingénieurs du groupe, permettant de projeter son aura dans l’espace dans quatre directions différentes.
Ces productions constituent les premières créations originales du groupe et restent aujourd’hui des évènements majeurs de l’historique de celui-ci.



DEER-prot002


DEER-prot002 est le second prototype réel du projet DEER et sa première formulation concrète.
Il est composé d’un ensemble de 4 éléments :
- une guitare autonome dont les cordes sont constituées de matériaux différents et activées par le frottement de ventilateurs souples. Une caisse de résonnance réamplifie le signal obtenu avec un système éléctroacoustique.
- Des capteurs : les senseurs (bâtons de bois colorés)
- Un pendule composé d’expérimentations plastiques assemblées
- Une piscine lumineuse picturale réalisée à la main.
Le bourdon produit par la guitare invite à une contemplation méditative de la piscine, sous l’oeil inquiétant du pendule. La visée du procédé est de généré sur le cobaye un état de conscience modifié.
Les senseurs plantés à l’extérieur durant une année, ont enregistré les fréquences de résonnance du lieu d’exposition. Aucun résultat concluant n’a pour l’instant été observé cependant.